Chasse du 11 Novembre 2011

A l'Equipage du Grain de Forêt, c'est un 11 novembre nouvelle version cette année
Temps frais ensoleillé, léger vent d'est, 10 à 15°
13 chiennes
Voie : bonne
Faute de lapins dans les territoires du Marais Breton en Pays de Retz de la Loire Atlantique, c'est le nord de la Touraine qui nous accueille dans ses magnifiques territoires forestiers Castelvalériens
Sur l'aimable invitation d'amis, tout près des hauts lieux de Vénerie de Vaujours, la Croix Pattée Pont de Brebis et la Perrèe , l'Equipage du Grain de Forêt découple aujourd'hui sur la chasse du Chalet.
Dix heures et demie sonnante, le café avalé, après le rituel d'usage, suivies de nombreux amis, les chiennes s'élancent à la suite de Romain.

Foulant une parcelle fourrée sise sur le bord de l'allée forestière conduisant au rendez-vous, les premiers récris se font entendre. Les chiennes attaquent un Jeannot, Sirène, Décibel, Caline et puis toutes les copines font une musique sensationnelle et imposent un train d'enfer au gratte mousse.
Il saute un layon, rentre dans de jeunes boulots,

s'en suit un léger balancé, traverse une allée forestière, la grosse haie qui la borde et débuche dans une prairie. Il crochète et rembuche près d' Eva qui nous sonne la première vue de la journée. Les chiennes sortent sur le débuché, surallent la voie.
Romain ameute et remet toutes les chiennes aux épines de la haie .La chasse ne repartira pas, Pierre a vu le lapin rentrer dans une buse

Pendant ce temps, semble-t-il un change a pointé le bout de son nez, le bruit l'a fait détaler et il arrête sa course devant Justine postée sur l'allée forestière. En arrêt quelques minutes il écoute. Romain met les chiennes et les appuie. Sologne empaume la voie de de ce change suivie de Fougère et Automne, leurs récris ameutent leurs congénères et dans une course effrénée avec une musique tambour battant, elles emmènent leur lapin dans le carré de boulots, Mathilde le sonne au passage du layon, il rembuche dans l'enceinte épineuse d'attaque Après quelques dizaines de mètres de course la chasse s'arrête. Ni chiens ni chasseurs ne pourront relancer cet animal s'étant vraisemblablement terré sous un vieux tronc d'arbre pourri.

Nous foulons à nouveau ces mêmes épines. Nouveau lancé d'un lapin qui tourne à plusieurs reprises dans l'enceinte. La musique des chiennes lancées à ses trousses bat son plein. A la grande joie des suiveurs, il est vu à plusieurs reprises, les vues résonnent et les "Tayaux" fusent. Après plusieurs relancés à vue et de nombreux crochets, "Hallali" en grande forêt

Après cette prise Hubert, Pierre et Romain foulent d'autres épines, Sirène, Caline, Décibel et Automne se récrient, Romain les appuie de la voix et elles lancent un nouvel animal. Bousculé par le train imposé, il se réfugie dans une souche pourrie. Les chiennes grattent l'humus, Romain et Pierre se joignent à elles. Chiennes et Veneurs essaient d'atteindre le lapin qui ne doit pas se faire gros là dessous
A observer leur ardeur,on serait presque tenté de leur réciter les vers du Laboureur et ses enfants de La Fontaine : --Travaillez prenez de la peine, c'est le fond qui manque le moins !!!

N'ayant pas les bras assez longs, Romain abandonne le déterrage, rameute les chiennes et alors qu'il n'a pas encore parcouru 100 mètres, près de la souche, plusieurs vues sont sonnées avec insistance. Le lapin est ressorti et débuche vers les maisons La meute revenue et mise à la voie part à bride abattue, contourne les habitations et chasse dans les épines sous d'anciens matériels agricoles. L'animal traverse la cour devant la maison cherchant à revenir vers la forêt mais il bute à un grillage et avant qu'il n'ai le temps de réaliser "Hallali"
Nous lancerons deux autres lapins dans ces dernières épines en bordure de forêt, l'un d'eux traversera le parking, sera sonné par Françoise et ira se réfugier dans un hangar et l'autre après plusieurs relancés à vue finira par débucher et se terrera sous la plate forme d'un terrain de tennis.

Les Honneurs à M. Pierre .......
La boutade du Maître d'Equipage à la remise des Honneurs : Pierre je n'achète pas de furets, je te conserve !!!!!

Un repas champêtre clôture cette superbe journée.

 

 

 

 

Mercredi 21, 1ère chasse de l'année du Grain de Forêt
Temps ensoleillé lourd, 18/20°, quelques petits nuages

A l'habitude, la 1ère se déroule à la Blanchetière près du chenil, mais cette année, le coctail myxomatose, VHD et coccidiose a eu raison de nos Raboliot. A la grande déception de l'Equipage , pas un n'en a échappé.

Grâce à nos amis Yvonne, Maurice et Pierre, nous sommes accueillis sur leur territoire sis aux confins de l'Anjou, de la Sarthe et de la Touraine. Composé de prairies, de parcelles de bois en grageons, de quelques marigots alimentés par un ruisselet, une peupleuraie, beaucoup d'épines , puis comme dans chaque territoire où vivent les lapins, des terriers fréquentés également par les blaireaux.

16 heures 30, la meute est mise sur pied et après le cérémonial d'usage, les dix chiennes du Grain de Forêt un peu folles pour cette première sortie se lancent à la suite de Romain

Le premier roncier est à peine foulé que Décibel crie, Caline et Automne lui emboite le pas et la musique va crécendo, les jeunes F collent aux anciennes. Hélas cette petite menée nous conduit à un terrier tout proche

Retour à la case départ, Romain continue de fouler le roncier. Un lièvre gicle au bruit et se sauve sans demander l'argent de son reste. Pendant ce temps les chiennes appliquées parcourent les épines.
Une puis deux puis trois se récrient puis silence. Plus rien.

Romain les appuie et Taïaut !!!!, le Lancé. Le lapin fonce espérant trouver son salut vers un friche. Olivier sonne une vue au layon. Toutes les chiennes ameutées sont lancées à sa poursuite et carillonnent. Les jeunes Fleur, Fanfare et Fanchon sont de la partie

Hélas pour les chiennes et heureux pour notre lapin, après quelques centaines de mètres de course, dans un tas de pierres calcaires, situé dans le haut du friche, il trouve un refuge à son gout pour sauver sa peau

La peupleuraie et les marigots seront foulés à leur tour mais ne livreront aucun Jeannot. Près d'une Garenne à blaireau, dans un grand grageon très sale, les chiennes nous font savoir qu'elles ont des connaissances sauf qu'en premier lieu c'est un lièvre qui gigle suivi d'un renard. Et Maurice qui nous accompagne avec ses 80 printemps minimum l'annonce. Le fouet claque et aux ˮ Arrête ˮdécrié par le Maître, toutes ces demoiselles jouent en sourdine et reviennent dans le sujet qui nous préoccupe.

Un chevreuil entendant ce tintamare détale de cette coupe. Apercevant Béatrice Margot et Pauline, complètement déboussolé, il fait une double, traverse les fourrés et fuis à l'opposé. Les chiennes sont sages.
Elle finiront par attaquer un lapin qui débuchera dans un chaume et rembuchera à l'extrémité de cette éteule. Rentré sur la propriété voisine, Romain arrête la chasse.

La fin de soirée arivant, après avoir foulé un dernier roncier, nous retraitons vers la remorque où les chiennes sont bien contentes de prendre place sans un grognement pendant que nous prenons le verre de l'amitié clôturant cette journée.

GRAIN DE FORET

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site