Chasse du 14 janvier

Chasse du samedi 14 janvier
Temps froid, vent d'Est
Température 3 à 5°
Commune de Broc 49 au lieu-dit "Le Moulin à Vent"
18 chiens sont découplés dont bon nombre de jeunes F et G

Au rendez-vous de la Blanchetière lors du repas avec nos amis de l'Equipage du Moulin de Champiré, notre ami Pascal reçoit l'épingle du Grain de Forêt et de la galette obtient la fève.






Après cette collation nous rejoignons un territoire sis aux confins de l'Anjou, de la Sarthe et de la Touraine où l'Equipage du Moulin de Champiré nous invite à découpler. Sur place, nous sommes accueillis par le représentant du locataire de chasse. Le cérémonial d'usage est sonné avec le renfort de la belle trompe de Laverdure



Nous foulons de nombreuses bandes d'épines tracées par des passages de gyrobroyeurs où peu de lapins résident. Malgré les quêtés, ré-quêtés de Laverdure, nos compagnons à 4 pattes sont à la peine, pas une voie, pas une effluve ne laisse soupçonner d'un lancé imminent



Arrivés en haut de la parcelle que nous foulons depuis près d'une heure, quelques chiens pignent dans un roncier, un chien puis deux puis trois rapprochent, la voie se s'échauffe et ils finissent par lancer un lapin

Une partie de la meute est lancée à pleine vitesse à ses trousses. Notre Jeannot empoigne un passage de gyro entre deux bandes de ronces, file droit et disparaît sur la gauche via un grand roncier qu'il doit connaître mieux que nous. Au passage Julia sonne la vue



La voie n'est pas très bonne et aucun des chiens ne la retrouvera après cette vue. Supposant qu'il est entré dans ce grand roncier, Romain et Laverdure foulent et appuient les chiens. Même en dansant sur le tas de bois pourri enfoui dans ces épines, aucun des chiens n'en refera. Notre lapin à trouvé son salut

Non non ce n'est pas la pluie qu'ils implorent dans cette danse




Abandonnant ce coin en traversant une pâture à moutons.


Nous continuons notre quête et rejoignons une autre zone de ronciers

Dans une haie épineuse, les chiens lancent un lapin qui se fera battre plusieurs minutes. De défauts en relancés il trouvera refuge dans un terrier

Dans les épines entourant une mare




La meute lance un nouveau Jeannot qui se fait battre au fourré. Débuchant de ces épines, il fonce dans une haie qu'il empoignera sur plusieurs centaines de mètres. La musique de la meute raisonne de tous ses cuivres, tout le monde y est que ce soit le petit Gizeux, les grand-mères Synarelle et Sirène, pas un ne manque à cette voie qui semble s'être améliorée depuis le début de l'après midi

Au bout de la haie, notre lapin franchit l'ursus à moutons, sort dans la prairie et revient vers son attaque en longeant les épines de cette clôture. Au retour il croisera bon nombre de suiveurs, les enfants pibollent à coeur joie et lancent des Taïaut joyeux

Je te dis que l'ai vu le gratte-mousse !!!!!

Pauline captive son auditoire et ça papotte


Notre animal finra par trouver son salut dans un talus de fossé mettant fin à cette chasse endiablée

Dans une friche en contrebas de la mare,

deux lapins sont lancés et deux chasses se forment, l'une d'elle rejoindra le talus de fossé où ce lapin trouvera vraisemblablement refuge tandis que l'autre animal tentera de prendre la plaine pour rejoindre des fourrés.
C'était sans compter sur la ténacité et la vitesse des ses poursuivants. Ses crochets pour tenter de fuir le perdront. Hallali courant



Au retour de la chasse près des voitures, une énième lapin sera lancé. Sa menée laborieuse finira au vieux tas de bois ou le premier de ses congénères chassé s'est réfugié sans que personne ne l'aperçoive.

Curée sur le parking, deux demoiselles, J. et C. reçoivent les Honneurs





Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site