Chasse du 11 Novembre 2010 (44)

Un nouveau 11 novembre et c'est la migration du Grain de Forêt en Pays de Retz


11 chiennes dont la petite Fleur et la grand mère Rosalie
Temps: pluie cinglante et vent fort

Les fanfares d'usage avant le départ de la chasse
Une trentaine d'amis au départ (à l'arrivée le nombre avait bien fondu sous l'action répétée des trombes d'eau)

Invités par M et Mme B.... sur le territoire de leur ferme du Grand Marais, nous découplons dans le biotope particulier du Marais Breton composé de prairies, de prairies affrichées et de haies épineuses le tout encastré dans l'important réseau hydraulique d'eau douce de ces anciens marais salants

Vers 11 h 45 l'armée de pingouins équipées de cirés en tout genre et de parapluies s'ébranle à la suite des chiennes et de Romain
Le niveau des eaux s'étant bien élevé depuis quelques temps, afin de ne pas prendre X lapins comme l'an passé, ce qui n'était pas d'un grand intérêt d'ailleurs, nous commençons par fouler les épines denses des berges d'étiers au sud de la ferme, puis plusieurs prairies sans résultat

Contournant le village par l'ouest, nous continuons notre quête, les lapins semblent être terrés. Ils ont raison vu le temps de chien du jour.

12 h 30 Un récri, puis deux, puis la musique se lance et poursuit son concert sous les épines. Au passage d'une charreau, "Tayau", Jeannot gicle et replonge direct dans les épines sitôt le passage traversé. Un court balancé sur cette entrée de prairie puis la musique reprend crescendo. Toutes nos amies ameutées sont lancées a plein pot derrière ce lapin. Sentant le danger il coupe la parcelle et disparait dans un immense roncier où il trouvera son salut dans un terrier

Nous rameutons et foulons d'autres ronciers, la pluie redouble de violence et provoque déjà des abandons. La meute se lance dans les ronces et les petites épines noires rabougries par le vent. La chasse recule et la musique bat son plein. A l'arrière et a l'avant deux vues sont sonnées simultanément à 50 mètres d'intervalles. Deux lapins sont debout. La voie semble bonne, les chiennes maintiennent bien celui qui recule mais comme le premier attaqué, il disparaitra dans ce grand roncier où elles le chercheront vainement pendant plusieurs minutes

Nous revenons à la deuxième vue et les appuyons, elles se récrient et relancent ce gratte-mousse qui se fait battre , file sur une pointe de terre épineuse entourée d'eau. Arrivé au bout So l'aperçoit et le sonne, il est contraint de reculer et passe juste sur le bord de la douve si bien que la moitié des chiennes chassent dans la vase et l'eau peu profonde. Notre animal en reculant vient buter à Pierre L. qui le sonne. Il a pris de l'avance car les chiennes sont toujours à l'eau. Il crochette et rerentre dans les épines, fait une double vers les chiennes Mais avant de les saluer, il trouve une cachette sure . Elles ne le relanceront pas.

Arrivée au mi-temps

Nous sommes à la mi-temps où l'on franchit l'étier du Fresne. La voiture de notre Pierrot local est appréciée. C'est la voiture balai qui reconduit les abandons auprès du feu à la ferme et notre amie Christelle après la perte de son chapeau dans un étier, a failli s'envoler mais son parapluie s'est retourné juste avant le décollage. Le temps d'un instant, on se serait cru dans une compétition de Kayser-surf

Nous foulons quelques minutes une grande bande épineuse, ça chasse à toute vitesse et se dirige vers le bout de la haie qui s'amincit a son extrémité. L'animal a du faire demi-tour car les chiennes reviennent vers nous toujours en musique , le lapin me butte aux pieds et recule. Il croise les chiennes sans qu'elles l'aperçoivent. Elle balancent une minute à l'endroit où je le vois, Romain les appuyant, elles se rabattent et reprennent leur course mais dans la partie la moins large de ces épines Hallali !!!!!! Il est 14 heures

Dans cette même haie, les chiennes lancent un autre Jeannot Celui-ci comme le précédent fait plusieurs allers et retours et à la grande joie de tous, débuche sur plus de 50 mètres dans la prairie pour rembucher dans un autre fouillis d'épines et de roseaux. "Changement de Forêt" toutes les chiennes se lancent à pleine vitesse dans ce débucher, et entrent sur cette nouvelle friche où elles maintiennent leur lapin pendant plusieurs minutes. Dans un balancé, appuyées par Jérome elles ont connaissance et suivent la voie, elle les conduit dans une autre roncier où la musique se fait à nouveau entendre quelques instants et Hallali !!!!! il est 15 heures.

Romain tentera bien d'attaquer un 3ème animal mais le mauvais temps aur vaincu la ténacité des boutons et des suiveurs. N'étant plus que cinq, ils décident de cesser la chasse et rentrent à la ferme toujours sous la pluie battante froide.


Curée dans la foulée, le temps d'une accalmie de pluie. Honneurs à Louis G. le fils de notre ami Christian, forestier à Chambord.

Après la chasse, une mise à sec et changement de tenue pour tous s'impose.

Cette magnifique journée se clôturera en premier lieu par l'apéro et l'harmonie cynégétique suivi du traditionnel diner.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site