SAISON 2010 - 2011

Chasse du 5 Décembre 2010

Dimanche 05 décembre
En cette terre de Vénerie un nouveau dimanche de prière au Temple pour le Grain de Forêt

Sous un temps de chien, la pluie tombant sur la neige durcie par la bise et une température de 0°, invités par nos amis Marc J.... et Axelle et Patrick G.......nous découplons une nouvelle fois dans ce territoire magnifique
Après un repas parfait à la dominance du boeuf carottes ( merci mesdames pour ce plat de circonstance ) et les fanfares d'usage, la meute s'élance pour le départ pour la chasse suivi d'une d'une quinzaine d'amis. Fleur la benjamine du lot est peu perturbée, la chasse ça change de la cour d'ébat du chenil, mais elle suit et joue avec les copines dès qu'elle le peu.

Nous partons à l'ouest du du Domaine vers la Forêt de Chinon et la route de la Pucelle, nous foulons les épines des haies entourant les prairies de chevaux. Pierre de sa pibole au son de stentor nous sonne une vue. Mises à la voie nos diablesses n'en refont pas. Elle ne s'y intéresse même pas. La voie ne semble pas dans ses meilleurs jours. Dans le roncier qui bordent ces prairies au sud, quelques récris puis un petit concert andante par a-coups puis la voie saute un chemin, notre lapin serait-il passé dans la buse ? Sofia sur le bord de l'étang à l'air de nous dire que oui . Pourtant le tour de l'étang est fait et aucune voie n'est trouvée au-delà de la pièce d'eau. Nous foulons les épines et taillis en bordure de forêt, un récris, deux, puis trois et la grande musique se fait entendre, chacune à leur pupitre elle nous joue la même partition. Un seul bémol, c'est un grand rouquin, un cousin lointain de notre animal de de chasse. 2 ou 3 ARRETE ! suffisent à calmer leur ardeur et les faire revenir au Maître. Peu de traces de lapins dans la neige nous laisse penser qu'ici aussi le cheptel de lapins a subi les ravages du VHD d'août et d'octobre
Guillaume G..... de sa jolie trompe agrémente la chasse de quêtés, requêtés et là pour la circonstance nous sonne le changement de forêt Nous remontons une bande d'épine d'où un brocard sortira entre Romain et moi. Pas une chienne ne bouge, bravo ! C'est a cet endroit que voilà deux ans nous avions débusqué un sanglier blessant deux de nos chiennes au passage.
Cet espace foulé nous gagnons ˮ la Réserve comme l'appelle Patrick G... Des ronces épaisses plantées d'épines noires rabougries, de saules Marsault. En gros de la terre inculte laissée en friche créant un paradis pour les lapins.
Les chiennes fouillent les ronciers , Automne se récrie puis se tait, Sologne crie elle aussi deux ou trois fois, puis c'est le tour de Décibelle et Devise, remplacées par Caline, Sofia et Sirène mais pas de lancé.
Un lapin est dans ce coin c'est sur. Romain commence de fouler le roncier face à moi en appuyant les chiennes, je foule en allant vers lui
TAYAUT !! il gicle, saute le layon et rembuche dans une autre carré, la meute en musique lancée à ses trousses. Il se fait battre, une vue, une autre est sonnée. Les chiennes emmènent leur animal à un train d'enfer de ronciers en ronciers.
Un défaut de quelques minutes et la chasse repart à pleine voie, va faire un tour dans les grand bois voisins, Solange sonne une vue, je le vois rembucher aux ronciers. Pour moi ce n'est plus le même lapin, il est beaucoup plus gros que celui de l'attaque. La meute continue puis c'est le défaut et la panne de voie, vraisemblablement terré. L'entracte est fini, le concert reprend son cours, un TAYAUT puis deux à chaque passage de layon. Notre Jeannot se fait malmener sous les ronces, il se fait chiquer une première fois, la chasse continue quelques mètres et HALLALI après deux heures et demie de chasse dont une heure de poursuite. En retirant le lapin des chiennes, pas besoin d'être un grand connaisseur pour voir qu'il est "cordé", les antérieurs complètement raides .
Avec ce temps tout le monde est satisfait, personne n'est tenté d'en prendre un deuxième. nous entamons la retraite prise "de Russie".
Le seul rêve de tous est la cheminée du rendez-vous et son feu.
La curée sur les pelouse près des habitations du Temple, berceau du Rallye Teillay.Les Honneurs à Sébastien.........
Merci à nos invitant pour leur formidable accueil et à tous les participants, artisans de cette journée magnifique de belle vénerie



On revient au premier défaut, Pierre posté dans les épines voit une chienne gratter au terrier Romain la laisse faire pensant qu'elle voit le lapin. En effet la chasse se relance d'abord avec Sirène à laquelle se joint Devise, Romain appuie et le reste de la meute rallie.


 

 









Chasse du 25 Novembre 2010

Jeudi 25 novembre

 chateau de Courtangis.

 


Nous commençons notre journée par le traditionnel partage des paniers, puis, nous partons découpler nos dix beagles dans les ronciers de "La Tuilerie". Le début de chasse est laborieux, car les chiens qui avaient pourtant attaqué un lapin, chassent fort, mais..... les parcours ne ressemblent pas à des parcours de lapins Mad . Nous les reprenons et nous réorganisons afin de mieux controler ce qu'ils chassent. Nous attaquerons ensuite cinqs lapins, que les chiens emmenerons grand train, sans balancer et en criant comme des diables, mais ils finiront tous leur course au terrier. Malgré une averse de neige, nous ne nous décourageons pas et décidons de réattaquer. La voie semble avoir changé et les chiens poussent beaucoup moins fort. Notre lapin joue davantage avec les chiens. Ceux-ci tombent en défaut dans un roncier très serré. En cherchant leur lapin, il font comprendre à un lièvre, qui n'avait toujours pas quitté notre territoire de chasse, qu'il valait mieux aller faire sa sieste un peu plus loin. Les beagles relancent leur lapin. Puis nouveau balancé, la menée est décousue, les chiens sont un peu éparpillés. Automne lance un petit lapin, les chiens le chassent, mais il est pris rapidement par Caline.


Curée au rendez-vous, les honneurs à un ancien éleveur de beagle et veneur de lapin qui nous invitait aujourd'hui.

CR de Romain

Chasse du 11 Novembre 2010 (44)

Un nouveau 11 novembre et c'est la migration du Grain de Forêt en Pays de Retz


11 chiennes dont la petite Fleur et la grand mère Rosalie
Temps: pluie cinglante et vent fort

Les fanfares d'usage avant le départ de la chasse
Une trentaine d'amis au départ (à l'arrivée le nombre avait bien fondu sous l'action répétée des trombes d'eau)

Invités par M et Mme B.... sur le territoire de leur ferme du Grand Marais, nous découplons dans le biotope particulier du Marais Breton composé de prairies, de prairies affrichées et de haies épineuses le tout encastré dans l'important réseau hydraulique d'eau douce de ces anciens marais salants

Vers 11 h 45 l'armée de pingouins équipées de cirés en tout genre et de parapluies s'ébranle à la suite des chiennes et de Romain
Le niveau des eaux s'étant bien élevé depuis quelques temps, afin de ne pas prendre X lapins comme l'an passé, ce qui n'était pas d'un grand intérêt d'ailleurs, nous commençons par fouler les épines denses des berges d'étiers au sud de la ferme, puis plusieurs prairies sans résultat

Contournant le village par l'ouest, nous continuons notre quête, les lapins semblent être terrés. Ils ont raison vu le temps de chien du jour.

12 h 30 Un récri, puis deux, puis la musique se lance et poursuit son concert sous les épines. Au passage d'une charreau, "Tayau", Jeannot gicle et replonge direct dans les épines sitôt le passage traversé. Un court balancé sur cette entrée de prairie puis la musique reprend crescendo. Toutes nos amies ameutées sont lancées a plein pot derrière ce lapin. Sentant le danger il coupe la parcelle et disparait dans un immense roncier où il trouvera son salut dans un terrier

Nous rameutons et foulons d'autres ronciers, la pluie redouble de violence et provoque déjà des abandons. La meute se lance dans les ronces et les petites épines noires rabougries par le vent. La chasse recule et la musique bat son plein. A l'arrière et a l'avant deux vues sont sonnées simultanément à 50 mètres d'intervalles. Deux lapins sont debout. La voie semble bonne, les chiennes maintiennent bien celui qui recule mais comme le premier attaqué, il disparaitra dans ce grand roncier où elles le chercheront vainement pendant plusieurs minutes

Nous revenons à la deuxième vue et les appuyons, elles se récrient et relancent ce gratte-mousse qui se fait battre , file sur une pointe de terre épineuse entourée d'eau. Arrivé au bout So l'aperçoit et le sonne, il est contraint de reculer et passe juste sur le bord de la douve si bien que la moitié des chiennes chassent dans la vase et l'eau peu profonde. Notre animal en reculant vient buter à Pierre L. qui le sonne. Il a pris de l'avance car les chiennes sont toujours à l'eau. Il crochette et rerentre dans les épines, fait une double vers les chiennes Mais avant de les saluer, il trouve une cachette sure . Elles ne le relanceront pas.

Arrivée au mi-temps

Nous sommes à la mi-temps où l'on franchit l'étier du Fresne. La voiture de notre Pierrot local est appréciée. C'est la voiture balai qui reconduit les abandons auprès du feu à la ferme et notre amie Christelle après la perte de son chapeau dans un étier, a failli s'envoler mais son parapluie s'est retourné juste avant le décollage. Le temps d'un instant, on se serait cru dans une compétition de Kayser-surf

Nous foulons quelques minutes une grande bande épineuse, ça chasse à toute vitesse et se dirige vers le bout de la haie qui s'amincit a son extrémité. L'animal a du faire demi-tour car les chiennes reviennent vers nous toujours en musique , le lapin me butte aux pieds et recule. Il croise les chiennes sans qu'elles l'aperçoivent. Elle balancent une minute à l'endroit où je le vois, Romain les appuyant, elles se rabattent et reprennent leur course mais dans la partie la moins large de ces épines Hallali !!!!!! Il est 14 heures

Dans cette même haie, les chiennes lancent un autre Jeannot Celui-ci comme le précédent fait plusieurs allers et retours et à la grande joie de tous, débuche sur plus de 50 mètres dans la prairie pour rembucher dans un autre fouillis d'épines et de roseaux. "Changement de Forêt" toutes les chiennes se lancent à pleine vitesse dans ce débucher, et entrent sur cette nouvelle friche où elles maintiennent leur lapin pendant plusieurs minutes. Dans un balancé, appuyées par Jérome elles ont connaissance et suivent la voie, elle les conduit dans une autre roncier où la musique se fait à nouveau entendre quelques instants et Hallali !!!!! il est 15 heures.

Romain tentera bien d'attaquer un 3ème animal mais le mauvais temps aur vaincu la ténacité des boutons et des suiveurs. N'étant plus que cinq, ils décident de cesser la chasse et rentrent à la ferme toujours sous la pluie battante froide.


Curée dans la foulée, le temps d'une accalmie de pluie. Honneurs à Louis G. le fils de notre ami Christian, forestier à Chambord.

Après la chasse, une mise à sec et changement de tenue pour tous s'impose.

Cette magnifique journée se clôturera en premier lieu par l'apéro et l'harmonie cynégétique suivi du traditionnel diner.

 

 

 

 

 

Chasse du 1er Novembre 2010

A l'invitation de Grand Bleu et du Rallye l'Epine,  le Grain de Forêt découple en la commune de Parçay les Pins 49 au lieu-dit "La Fosse"

Après le café d'accueil permettant aux retardataires d'être à l'heure, les consignes du Maître des lieux et des Maîtres d'Equipage, les fanfares d'usage, amis des uns et des autres, boutons d'Equipages voisins accompagnent joyeusement les 27 chiennes des deux Equipages sous un temps frais ensoleillé
Seule So du GDF nous fait défaut pour une bonne cause, elle est partie à la recherche de nouvelles attaques aux portes de l'Orient
A neuf heures, tout prêt du rendez-vous nous foulons une sapinière âgée au sous bois garni de grandes ronces. Une chevrette et 3 lièvres sortiront de cette enceinte. Pas un Jeannot ne montrera le bout de son nez
Ensuite plusieurs haies seront inspectées également sans aucune voie
Dans le haut d'une sapinière en cours d'exploitation, une chienne se récrie, puis deux, puis trois, puis la musique va crescendo, la meute est lancée. La chasse ne va pas très vite et se maintient aux fourrés
Personne n'a vu l'animal chassé. Au bout de quelques minutes de ce superbe concert, le claquement sec du fouet retenti accompagné du commandement magique "ARRETE SAGEMENT"
Efficace à souhait, la musique s'estompe, seules Devise (GDF) et Epson (RE) tenteront de poursuivre Nous apprenons que ces demoiselles chassaient une martre qui a failli sauter à la figure de l'un des Maître d'Equipage
De retour dans notre quête de gratte mousse, dans un immense roncier jouxtant une prairie et une jeune sapinière, Taïaut !! un lapin est lancé, il sort des épines, empoigne la prairie sur une dizaine de mètres, crochète au coin de celle-ci et disparaît en sous bois la meute à ses trousses. Le vue est sonnée une fois, deux fois, puis plus rien Plus de chasse, Jeannot s'est sans doute évaporé. Remises à la voie à plusieurs reprises, les chiennes n'en referont pas
Soit il s'est terré, soit la voie est très mauvaise sous bois
Nous évoluons maintenant dans cette sapinière en cours d'exploitation, un récri, deux et une nouvelle menée d'une quarantaine de mètres. Elle finira dans un tas de bois ou notre lapin a trouve le salut dont il avait grandement besoin

Nous faisons boire les chiennes dans une marre, changeons de coin et reprenons notre quête dans des fiches épineuses arborées. Un nouvel animal est lancé, la meute a sa suite prend le goudron direction les tas de bois de Kléber, le papa de Grand Bleu. Mais pas de chance pour lui; un filet entoure le tas de bois. Il butte, recule, tente un nouvel essai et prend le parti d'abandonner le tas de buches. Il file dans le sous bois débuche et rejoint d'immenses ronciers où il retrouve plein de copains. S'en suit de nombreux récris et des chasses en tous sens. En un mot la pagaille !!!!!

Rameutées, les chiennes lanceront un nouveau lapin, nouvelle menée tambour battant direction le jardin, la grange de Kléber, le poulailler. Les volailles surprises regardent passer ce tintamare poursuivant son lapin. Ce dernier ressautera la route et regagnera son enceinte d'attaque où il se fait battre pendant plusieurs minutes. La chaleur monte et une a une, les chiennes décrochent. Nos deux Maîtres commencent à rameuter quand dans un dernier sursaut notre lapin ressort, reprend la direction du tas de bois, butte au filet, et se fait coiffer. Hallali après 4 heures de chasse.

Curée chez notre invitant, Honneurs du Rallye l'Epine à Grand Bleu et Honneurs du Grain de Foret à Amandine Langlais, petite fille des Maîtres d'Equipage du Rallye l'Epine

Au sous sol de notre ami Kléber, la journée se terminera par une délicieux repas réunissant une quarantaine de joyeux convives . Merci à tous les organisateurs de cette magnifique réunion parfaitement réussie couronnant si besoin est : la fraternité des veneurs



CR de GG

 




Chasse du 7 octobre 2010

 

 

 


Chasse du 7 Octobre  2010

Territoire: Champiré puis Bellevue
Temps:Beau soleil
E. du Moulin de Champiré: 6 chiens
E. Grain de Forêt: 7 chiens
7 suiveurs

Compte - Rendu :

Nous invitons aujourd’hui l’équipage Grain de Forêt à notre ami Romain Ligot. On commence aux alentours de 15h45 à fouler sur le terrioire de Champiré, environ 45 min avant de lancer le lapin de dimanche dernier (le petit jaune) en bordure de débucher. Il traverse l’allée de Champiré et se terre tout de suite. On cherche donc à réattaquer, mais il fait très chaud, on ne lancera pas d’autre lapin.

On décide donc d’aller sur Bellevue. On entre dans la carrière sale, les chiens mettent 10 min avant d’attaquer (alors qu’à l’habitude en 1 min 30 c’est fait). Le lapin traverse un layon, fait une boucle et se fait gober par 2 chiens. On réattaque donc, plusieurs lapins seront levés, mais les chiens auront beaucoup de mal à les emmener malgrè leur bonne volonté. Un dernier lapin sera lancé dans la haie qui borde le champ des chevaux, il sort dans le taillis de chataigniers, retourne dans la haie, là les chiens le relancent, il débuche vers la carrière claire, se fait relancer par les chiens, fait un tour, recule à la mère à Romain, on tombe en défaut. On fait tout nos retours, mais rien, les chiens relanceront encore leur lapin, qui tourne dans la carrière, il file par une haie direction la route de Renazé, puis se terre. On décide d’en rester là et de faire manger le lapin gobé aux chiens sans faire de curée.

Bonne petite journée avec un équipage ami, dommage que la chaleur ne permettait pas aux chiens de pousser, car on se serait bien amusé.

Chasse du 24 octobre 2010 (72)

Chasse du dimanche 24 octobre, en bordure de forêt de Silllé le Guillaume

 


Deuxième chasse de la saison "seulement".
9 chiens dont Fleur qui fait sa première sortie.

Après le partage habituel des paniers, nous partons à la chasse vers 14H. Encore beaucoup de jeunes lapins dans les ronciers, que les chiens ont du mal à chasser. Nous décidons plusieurs fois de ne pas insister et de retirer les chiens sur ce territoire où nous sommes sur de trouver de bons lapins adultes....
Notre premier lapin, après s'être fait tourner dans les ronciers et plusieurs fois relancé prend un parti, pris en 15-20 minutes...
Nous lançons un autre lapin, qui se fait chasser et trouve refuge dans une buse, nous laissons les chiens gratter mais le diamètre est trop petit et les chiens ne passent pas....il a gagné.
Nous réattaquons un lapin dans un épais roncier qui sort et fait une grande boucle dans les sapins,il revient sur nous, les chiens crient fort. Le lapin butte sur les suiveurs et retourne dans les sapins sans être vu. "Olive" toujours discrète mais efficace trouve la sortie du roncier et emmene tout le monde de sa voie fluète. Les chiens chassent seul notre lapin qui a de l'avance et qui file. Les beagles rentrent dans une grosse haie d'où notre lapin sort dans les pattes des retardataires et rerentre au milieu des chiens.....Couic.....20 minutes de chasse.
Un dernier lapin lancé dans le roncier du four à chaux, qui rentre au roncier des batiments puis ceux du bord de l'étang.....un petit défaut et relancé, mais surement un change (sologne devait avoir raison....), nous voila revenus aux batiments, les chiens relancent à vue et notre lapin se réfugie dans un tas de pierre.
Nous décidons d'en rester la.


Curé, Honneurs à Gabin, un futur chasseur

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2011

 

L' equipage du GRAIN DE FORET

vous souhaite

une

BONNE et HEUREUSE ANNEE 2011

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site