SAISON 2008-2009

chasse du 4 janvier

chasse du 4 Janvier 2009.
Après une petite nuit, nous sonnons le départ à 11h au lieu-dit "le camp", à coté de chez Loïc.
9 chiens découplés sur une forte gelée.
Nous attaquons un premier lapin mais les chiens ont du mal à construire une menée soutenue. Dans les nombreux relancés, car le lapin n'est pas affolé, la totalité des chiens ne crient pas. La voie semble très moyenne. Notre jeaonnot traverse la route et va se terrer dans la garenne du parc. Nous réattaquons dans le parc un lapin qui sort et se fait chasser dans la sapinière. Celui-ci traverse une prairie, mitraillé par l'objectif de Béatrice, et se terre dans un tas de souches. Nous réattaquons de l'autre coté de la route, cela ne chasse toujours pas "top". On tire les chiens aux nombreuses vues, mais les chiens n'ont pas de voie et s'affolent. Notre lapin traverse la route, trouve un trou dans le grillage et se terre. Nous réattaquons dans le parc un lapin qui prend la direction des trous et les chiens le perdent.
Changement de forêt, direction la Bosse.
Nous foulons la bordure de la forêt. Alors que les chiens prennent connaissance, un lapin se dérobe. Nous les portons gentiment à la voie, il mettent un bon moment avant de commencer à crier. Il relance le lapin dans un roncier où il se fait battre. Les chiens crient un peu plus fort. Notre lapin sort et monte au bois. Les chiens mettent bas dans un roncier où il y a des trous mais ne marquent pas. Un autre lapin est lancé, les chiens le perdent rapidement. Après un petit tour en forêt, à 15h, la décision est prise de rentrer car on ne fera rien de bien aujourd'hui.
Petit casse-croute avant de reprendre la route.
La voie n'était pas avec nous ce W.E. mais heureusement la bonne humeur y était.

P.S.: L'année prochaine, on fera mieux pour la chasse mais on aura du mal à être meilleur au carte. On peut pas être bon partout.

Chasse du 15 février 2009

R.V. 11H30, casse-croute habituel dans la salle de chasse du temple.
Départ pour la chasse vers 13H après quelques fanfares. 11 chiens découplés. Temps ensoleillé, presque une découverte pour les amis bretons qui nous accompagnent aujourd'hui. Après avoir foulé les haies du champ des chevaux, les ronciers de l'étang, nous attaquons les bois. Grand bleu (c n'est pas un élément de la meute) foule la friche qui borde le bois et lève un lapin. Nous mettons les chiens tranquilement à la voie qu'ils empaument timidement et tombent rapidement en défaut sur l'allée qui borde la domaniale. Nous essayons sur un autre lapin vu se dérobant mais les chiens n'en refont pas. Nous refoulons les bois, le roncier du mirador, rien. Nous attaquons le bois du temple avec une petite apréhension car la dernière fois deux chiens qui étaient passé à coté d'un sanglier s'étaient fait découdre.
Les chiens commencent à crier, vanille bourre dans un roncier le lapin part mais dans le paquet de chien, "Couic".
Nous faisons quelques mètres et les chiens recommencent à crier, le lapin part, un chien le pince mais le lapin repart et sort en plaine, à vue des chiens direction les habitations. Fait un petit tour vers la piscine et les chiens le prennent sur le bord de l'étang. Nous refoulons le bois, puis de gros ronciers en bordure où les chiens attaque un lapin qui se met rapidement dans un tas de bois. Un deuxième lapin est attaqué mais les chiens n'avancent pas dans ces gros ronciers et tombent en défaut.
Nous retraitons tranquilement. Curée sur la pelouse, les honneurs à Hélène.

chase du 15 mars

Chasse du dimanche 15 à Parce sur Sarthe (72)

 (3ème chasse en 4 jours) Très ensoleillé et chaud
Invités sur le magnifique domaine forestier de Pecheseul bordé par un méandre de la rivière Sarthe au Sud, vers 14 heures nous sommes reçus par le propriétaire, quelques uns de ses amis et Sylvain le Garde Particulier
Après les présentations d'usage, nous sommes conviés à découpler dans la dernière enceinte chassée l'an passé où aucun lapin n'a été pris
Cette partie du domaine au terrain sableux et alluvionnaires est boisée en résineux. Bien percée par des allées parallèles, elle est sise entre une peupleraie bordant la rivière et un coteau en cours d'exploitation forestière.
La meute est encore en voiture, tout le monde se prépare et déjà un lapin détale du premier buisson voisin. Les consignes sont données par le propriétaire gestionnaire des lieux qui nous fait l'honneur de nous accompagner
Le rituels de fanfares de départ sonnés, les chiennes joyeuses ont à peine le temps de boire qu'elles empaument la voix et agrémentent ce parcours de leur belle musique carillonnante puis défaut. Il ne sera pas relevé
Nouvelle quête, nouveau lancé, nouvelle musique, vue sonnée au pied du coteau, puis nouvelle vue au retour sauf que deux lapins sont vus ensemble rentrer dans la sapinière
Ces deux animaux font une chasse parallèle et sont régulièrement sonnés au saut des des trois allées. Ils font la joie des nombreux enfants présents à cette chasse
Nos animaux chassés rebroussent leur voix car au terrier sablonneux où ils se rendaient allègrement, des veilleurs font le gué
Quelques instants sans musique et ça repart de plus belle dans les parcelles de résineux, bousculés par les chiennes, du bois, ils en font le tour allègrement, puis aux alentours des terriers, l'un charge la vigie et gagne son salut au trou, tandis que l'autre double sa voie, crochète et mets les chiennes en défaut
Appuyées par Romain et Jérome, elles relèveront ce défaut mais notre Jeannot à pris de l'avance et surprend sans faire de bruit les « gardes-terriers » et disparaît dans la terre
La chaleur impose d'abreuver les chiennes dans une marre avant de reprendre une nouvelle quête dans la peupleraie. Un nouveau lapin est lancé. Il traverse la sapinière à toute vitesse, sonné au bas du coteau par Jean Michel et Mathilde, il fait une double et disparaît. Après plusieurs minutes de quête, une nouvelle voie s'échauffe, « Automne » s'en donne à coeur joie tandis que le reste de la meute avec un peu de retard chasse à pleine gorge. Jérome soupçonne Automne et ses congénères de chasser une martre.
Laissant faire, au saut de l'allée les chasseurs postés annoncent un lapin.Chance ou pas, la chasse recule, retraverse l'allée et pendant ce temps la queue du lapin a grandit, elle mesure environ 20 cm et il a également changé de couleur, On chasse bien une martre !! arrête!!arrête!! clôtureront cette journée superbe
Une chaleur importante, plusieurs animaux vifs, la fatigue de la meute et de leurs serviteurs après trois jours de chasse anéantissent nos espoirs d'hallalis
De retour au rendez vous, nous trinquons et dégustons une part d'un copieux gâteau maison
Merci aux organisateurs de cette magnifique journée

chasse du 14 mars

Chasse su samedi 14 à St Germain d'Arcé (72)

RV au chenil pour le café et départ pour pour « La Fromagerie »
Nous sommes invités sur ce domaine vallonné et boisé en partie de résineux par les chasseurs locaux et leur Garde Particulier
Pour info le dit GP n'est autre que le célèbre Sautaubois, ancien piqueux, sonneur, compositeur et excellent chanteur à la voix de stentor
Après le café et la p.william, le nouveau départ et la marche de vénerie, la meute se met en quête sur la partie NO du domaine. Dix minutes suffiront pour lancer le premier lapin.
Il se fait battre dans les sapins sous les ronces. La musique des chiennes est superbe. Il crochète, mais est relancé à chaque fois après quelques instants de défaut
Se trouvant surement trop malmené à son goût, il assure son salut en traversant le grillage nous séparant de la propriété voisine.
Une nouvelle quête, un nouveau lancé, une poursuite dans le coteaux Sud pour finir dans un terrier après une chasse de dix minutes
Une nouvelle chasse menée par le chiennes « tambour battant » remonte et redescend le coteau. Défaut dans le bas de la pente, relancé notre animal remonte, sa vue est sonnée à mi- pente. Poursuivi à vive allure il ira se réfugier dans un dépôt de matériel agricole.
Malgré la perspicacité des chiennes et la bonne volonté de tous, ce lapin ne sera pas retrouvé
Sur un renseignement précis du GP, intervention de la meute pour éviter une pollution génétique des vrais lapins de garenne. Sautaubois en sera quitte pour faire un pâté à ses chasseurs qu'il fera sans doute confectionner par Josette son épouse
Nouvelle quête d'une demie heure, nouveau lancé plein de musique qui évolue vers le haut du coteau, puis descend dans une coupe sale bordant des résineux, le doute s'installe, s'agit il réellement d'un lapin ? Une pibole sonne un vue sur une allée estompant ainsi les interrogations.
Accompagné de la musique joyeuse des chiennes, notre lapin traverse une coupe pentue de résineux de corne en coin et vient finir sa course dans le même terrier que le premier
Aux environs de 15 heures notre Maître arrête la chasse, nous rejoignons le rendez-vous pour l'apéro, quelques fanfares sonnées, un excellent repas agrémenté de quelques chansons de chasse
Très bonne et très belle journée, temps grisounet, territoire un peu trop vif en animaux
Merci aux organisateurs

chasse du 12 fevrier

Chasse du 12/03, Fougeré et Vaulandry 49

A l'invitation de notre ami Pierre dit "La Boulette" nombre d'amis sont conviés à suivre les laissers courre de Grain de Forêt et du Rallye Forgeais
Après le copieux casse-croute servi par Chantal la compagne de Pierre, nous nous rendons sur le territoire du Manoir de la Doteferrière constitué d'un mamelon de tertres incultes ou seuls quelques pins rabougris subsistent parmi les ronces et les viornes (clématites pour certains)
Meute de Grain de Forêt12 fevrier
Attaqué vers 12 heures un premier lapin après 15mn de chasse dure disparait dans les dépendances du Manoir
Une deuxième attaque nous emmène sur le dessus de cette butte pour finir au terrier
Toujours aussi pénible pour les chiens un troisième animal est vu par corps suité d'un renard. Quelques minutes après, plusieurs lapins font chasse commune pour finir à rien
Devant cette foison de lapins et la dureté du site, notre Maître décide d'arrêter la chasse et de changer de territoire
Direction Vaulandry
A la Gagnerie , territoire marécageux traversé par un ruisseau et séparé en deux parties par une petite route
Les chiens attaquent et au bout de dix minutes de quête, chassé à toute vitesse, l'animal se réfugie dans un tas de bois
Plusieurs solutions sont envisagées et pour finir tout le bois reste en place et le lapin aussi
Un deuxième lapin levé par notre ami Serge se fait battre dans le marais. Rondement emmené par les chiens, il débuche dans un semis de blé pour rejoindre des terriers
Un troisième attaqué se fait battre dans le marais, débuche dans une prairie puis reviens au marais. On commence à y croire ! les chiennes nous font de la belle musique
Mais après quelques crochets et une large boucle dans les peupliers des marais, il prend de l'avance et gagne un terrier situé dans une prairie
La fatigue se fait sentir chez les chiennes et notre Maître décide d'arrêter
Le temps de s'abreuver et la meute du Rallye Forgeais entre à son tour en action vers 16 heures dans la deuxième partie du territoire
Meute du Rallye Forgeais
A peine au bois, un lapin est lancé, la musique bat son plein, l'animal saute et ressaute plusieurs fois un petit ruisseau, se fait battre dans le marais, débuche dans une friche pour revenir au marais. Ca carrillonne, les chiennes s'appliquent et foncent ventre à terre.
La chasse saute à nouveau le ruisseau, grimpe la pente d'en face et là, on entend des cris mais la chasse s'arrête.
Maurice 83 printemps, de garde sur les terriers de blaireaux sis dans un ancien four à chaux n'a pas pu l'empêcher de finir au terrier
Malgré les vociférations de Maurice, trois autres lapins bien chassés dont un pendant plus de 20 minutes finiront dans cette terrèe immense
Nous reculons ensuite sur une vue de l'un des suiveurs, les chiens lancent ça se fait battre dans un immense roncier, gagne le marais puis la chasse est perdue et ne sera pas retrouvée
Maurice ayant quitté son poste, nous pensons qu'il a fini son parcours au même endroit que les autres
La clôture de cette journée se fait à la Vallée autour d'un bon repas concocté par Chantal
Merci à tous pour cette magnifique journée


chasse en bretagne JANVIER 2009

Encore merci à Jean-Michel et Karine pour leur accueil.
Ci-joint le compte rendu de la chasse du 4 Janvier 2009.
Après une petite nuit, nous sonnons le départ à 11h au lieu-dit "le camp", à coté de chez Loïc.
9 chiens découplés sur une forte gelée.
Nous attaquons un premier lapin mais les chiens ont du mal à construire une menée soutenue. Dans les nombreux relancés, car le lapin n'est pas affolé, la totalité des chiens ne crient pas. La voie semble très moyenne. Notre jeaonnot traverse la route et va se terrer dans la garenne du parc. Nous réattaquons dans le parc un lapin qui sort et se fait chasser dans la sapinière. Celui-ci traverse une prairie, mitraillé par l'objectif de Béatrice, et se terre dans un tas de souches. Nous réattaquons de l'autre coté de la route, cela ne chasse toujours pas "top". On tire les chiens aux nombreuses vues, mais les chiens n'ont pas de voie et s'affolent. Notre lapin traverse la route, trouve un trou dans le grillage et se terre. Nous réattaquons dans le parc un lapin qui prend la direction des trous et les chiens le perdent.
Changement de forêt, direction la Bosse.
Nous foulons la bordure de la forêt. Alors que les chiens prennent connaissance, un lapin se dérobe. Nous les portons gentiment à la voie, il mettent un bon moment avant de commencer à crier. Il relance le lapin dans un roncier où il se fait battre. Les chiens crient un peu plus fort. Notre lapin sort et monte au bois. Les chiens mettent bas dans un roncier où il y a des trous mais ne marquent pas. Un autre lapin est lancé, les chiens le perdent rapidement. Après un petit tour en forêt, à 15h, la décision est prise de rentrer car on ne fera rien de bien aujourd'hui.
Petit casse-croute avant de reprendre la route.
La voie n'était pas avec nous ce W.E. mais heureusement la bonne humeur y était.

P.S.: L'année prochaine, on fera mieux pour la chasse mais on aura du mal à être meilleur au carte. On peut pas être bon partout

jeudi 27 novembre 2008

Le jeudi 27 novembre, nous chassions avec le rallye de l'épine à la Blanchetière. Etaient présent en ce jour de semaine : Claude et Chantal Langlais, Sosso, Mathilde, Jérome et Gg.
21 chiens découplés.
Un premier lapin est attaqué et les chiens emmenent grand train. Je me dis alors il va falloir calmé le jeu, parce que il n'y a pas beaucoup de lapin à la maison et à se train là en va faire mal. Puis finalement le lapin rentre dans un roncier et rideau. On cherche un peu puis on décide de rattaquer. On attaque ensuite un deuxième puis un troisième puis un quatrième puis un cinquième lapin que les chiens emmène pas trop mal mais qui viennent se faire battre toujours dans le même gros roncier et que les chiens perde à chaque fois sans expliquation (Aucun chien n'a jamais marquer un trou et les lapins n'ont jamais été revus). MYSTERE. Cela ne nous aura pas coupé l'apétit pour casser une petite croute ensemble le soir avant de se séparer.

lundi 10 et mardi 11 novembre 2008

Lundi 10 départ 4H45 , première participation à un brevet de chasse à Treize Septiers (85). Résultat : vanille 145 points, automne et caline 140 et sophia 125. Lot classé deuxième exequo. Pas trop mal pour une première.


Mardi 11, départ 6H15 ( durdur), pour la Bernerie en Retz chez l'ami Gégé. Matin chasse en bord de mer. Territoire très couvert et difficile de voir ce qui s'y passe. Les lapins étaient plus nombreux que nous et nous nous sommes incliné vers 12h pour allez tapez dans l'excellente terrine de Gérard. Après midi chasse à Bourneuf, dans les anciens marais salant. Territoire également riche en lapin mais on pouvait les voir traverser les prairie. Quatre n'ont pas eu de chance. Les honneurs au propriétaire des lieux et à Gérard qui recoit le bouton de l'équipage. Diner, puis retour fatigué. Encore merci à Gg pour l'organisation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×